EN|FR

Echelle d'évaluation du stress



Echelle d'évaluation du Réajustement Social élaborée par le Dr Thomas Holring et Richard Rahe. Pour avoir une idée du stress emmagasiné, veuillez sélectionner les événements de vie survenus ces 12 derniers mois:
Mort d'un conjoint
oui non 
Divorce
oui non 
Séparation
oui non 
Emprisonnement
oui non 
Mort d'un proche
oui non 
Maladie ou accident personnel
oui non 
Mariage
oui non 
Excitation au travail
oui non 
Réconciliation de couple
oui non 
Retraite
oui non 
Changement de santé d'un membre de la famille
oui non 
Grossesse
oui non 
Problèmes sexuels
oui non 
Augmentation de la taille de la famille
oui non 
Réajustement dans le travail
oui non 
Changement d'état financier
oui non 
Mort d'un ami proche
oui non 
Changement de direction de travail
oui non 
Changement du nombre des discussions dans le couple
oui non 
Hypothèque ou emprunt pour un achat important
oui non 
Saisie d'une hypothèque ou d'un emprunt
oui non 
Changement des responsabilités dans le travail
oui non 
Un fils ou une fille quittant la maison
oui non 
Problèmes avec les beaux-enfants/beaux-parents
oui non 
Exploit personnel marquant
oui non 
Conjoint qui commence ou arrête de travailler
oui non 
Début ou fin de scolarité
oui non 
Changement dans les conditions de vie
oui non 
Problèmes avec le patron
oui non 
Changement des heures ou conditions de travail
oui non 
Déménagement
oui non 
Changement d'école
oui non 
Changement dans les habitudes personnelles
oui non 
Changement des habitudes dans les loisirs
oui non 
Changement dans les activités religieuses
oui non 
Changement dans les activités sociales
oui non 
Hypothèque ou emprunt pour un achat moins important
oui non 
Changement des habitudes de sommeil
oui non 
Changement du nombre de réunions familiales
oui non 
Changement dans les habitudes alimentaires
oui non 
Vacances
oui non 
Période de Noël
oui non 
Violation mineure de la loi
oui non 

Echelle d'épanouissement personnel



Après cette première échelle d'évaluation, nous avons déjà un indicateur. Néanmoins, nous n'avons pas tous les mêmes capacités à vivre et à gérer le stress. Voici donc une seconde échelle qualitative grâce à différents thèmes de la vie quotidienne qui peuvent servir d'indicateurs pour évaluer votre situation actuelle. Notez chaque idée de 1 à 5, 1=pas du tout, 2=un peu, 3=moyennement, 4=oui, 5=tout à fait
Travail
Je me sens à ma place au travail.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Mes compétences sont reconnues.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je suis épanoui(e) dans les relations avec mes collègues.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je suis détendu(e) quand je rentre du travail.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Habitation
Je trouve repos et sérénité quand je rentre chez moi.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
J'ai envie de bricoler, jardiner, aménager mon espace de vie...
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je reçois régulièrement ma famille et mes amis.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je suis heureux(se) de retrouver mon foyer après les vacances.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Sommeil
Je m'endors facilement une fois allongé(e).
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
J'ai un sommeil profond et sans réveil.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je me lève ressourcé(e) chaque matin.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je dors sans aide médicamenteuse.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Alimentation
Je prends plaisir à manger.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je suis à mon poids de forme.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je cuisine.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je me fais plaisir sans culpabiliser.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Activité physique
Je pratique régulièrement une activité physique.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
J'ai besoin de me vider la tête.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je souhaite sculpter mon corps.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je pratique ces activités seul(e).
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Equilibre familial
Je me sens écouté(e) dans ma famille.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
J'ai trouvé ma place et mon équilibre.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je partage des moments privilégiés avec les différents membres.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je suis soutenu(e) quelles que soient mes décisions.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Argent
Je me sens confiant(e) face à l'avenir.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Mon budget est équilibré chaque mois.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
En cas de problème, je trouve facilement une solution.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 
Je mérite ma réussite.
Pas du tout Un peu Moyennement Oui Tout à fait 

Santé psychologique au travail

Selon un rapport officiel de la documentation française, voici 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail:

  • L'implication de la direction générale et de son conseil d'administration est indispensable. L'évaluation de la performance doit intégrer le facteur humain, et donc la santé des salariés.
  • La santé des salariés est d'abord l'affaire des managers, elle ne s'externalise pas. Les managers de proximité sont les premiers acteurs de santé.
  • Donner aux salariés les moyens de se réaliser dans le travail. Restaurer des espaces de discussion et d'autonomie dans le travail.
  • Impliquer les partenaires sociaux dans la construction des conditions de santé. Le dialogue social, dans l'entreprise et en dehors, est une priorité.
  • La mesure induit les comportements. Mesurer les conditions de santé et sécurité au travail est une condition du développement du bien-être en entreprise.
  • Préparer et former les managers au rôle de manager. Affirmer et concrétiser la responsabilité du manager vis-à-vis des équipes et des hommes.
  • Ne pas réduire le collectif de travail à une addition d'individus. Valoriser la performance collective pour rendre les organisations de travail plus motivantes et plus efficientes.
  • Anticiper et prendre en compte l'impact humain des changements. Tout projet de réorganisation ou de restructuration doit mesurer l'impact et la faisabilité humaine du changement.
  • La santé au travail ne se limite pas aux frontières de l'entreprise. L'entreprise a un impact humain sur son environnement, en particulier sur ses fournisseurs.
  • Ne pas laisser le salarié seul face à ses problèmes. Accompagner les salariés en difficulté.
Je vous encourage à lire la rapport entier en suivant ce lien:




Les risques psychosociaux (RPS)

Les RPS sont définis comme les risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d'emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d'interagir avec le fonctionnement mental. 

  • Afin d'éliminer ou de réguler les risques psychosociaux, des facteurs de protection peuvent être déployés par le management : la gestion des changements de modifications de travail, la communication entre le manager et son équipe, la régulation de la charge de travail, l'autonomie de l'employé, l'identification des compétences requises pour un poste, la reconnaissance du travail, le soutien social, l'équité, la relation interpersonnelle dans l'équipe et la conciliation entre vie privée et vie professionnelle.
Quels sont les risques psychosociaux que l'on peut identifier?

  • Le stress : il se manifeste lorsqu'il existe un déséquilibre entre les contraintes qu'impose l'environnement à un individu et ses propres capacités pour y faire face.
  • Le mal être : état émotionnel négatif, souvent vécu collectivement. Il est en lien avec un contexte organisationnel instable ou dégradé.
  • La violence : interne ou externe, elle prend forme d'insulte, de menace ou d'agression physique exercée contre une personne sur son lieu de travail et qui met en péril sa santé, sa sécurité ou son bien-être.
  • Le harcèlement : il s'agit d'une autre forme de violence se traduisant sur le plan psychologique par des pratiques de dénigrement et de déstabilisation psychologique de la part de supérieurs hiérarchiques ou collègues de travail (remarques méprisantes, abus de pouvoir, ...) ou agression de nature psychologique (intimidation, persécution et humiliation). On distingue : le harcèlement moral (agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits du salariés, à sa dignité, à sa santé physique ou morale, ou de compromettre son avenir professionnel) et le harcèlement sexuel (imposer à une personne de façon répétée, des propos aux comportements à connotation sexuelle qui soit porte atteinte à sa dignité, soit crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante).

Quels sont les principaux indices visibles?

  • Les indices individuels sont variés : une personne peut manifester un changement de corpulence physique, de la tristesse ou encore un sentiment d'irritabilité et de nervosité. D'autres indices tels que des propos morbides ou suicidaires doivent également être pris au sérieux par l'entourage professionnel.
  • Les indices collectifs apparaissent lorsqu'un sentiment de démotivation se répand et se traduit par des retards, des absences ou des ralentissements de productivité. Les indices collectifs sont également repérables par l'inefficacité au travail qui se traduit par des erreurs répétées et un manque de coopération avec l'équipe. 

Si vous repérez ce genre de dysfonctionnements dans votre équipe, n'attendez pas, il est possible de mettre en place des formations de gestion du stress et de communication efficaces!

Différence entre confiance, estime et affirmation de soi

Pour travailler sa posture, il est important de développer les 3 axes que sont l'estime, la confiance et l'affirmation de soi.

Bien souvent, les personnes n'associent pas les bons mots aux situations correspondantes. Elles ont l'impression d'être "coincées" dans une problématique. Il est nécessaire d'identifier précisément où se trouve le blocage pour pouvoir progresser et développer ses capacités tant personnelles que professionnelles.


Voici les définitions des 3 axes pour recentrer le sujet:

  • Avoir confiance en soi c'est avant tout se connaître, c'est croire en son potentiel et en ses capacités. Elle s'acquiert grâce à une sécurité intérieure, une affirmation des besoins, une acquisition des compétences et une reconnaissance par les autres. Le travail de confiance en soi est un travail d'introspection. Un individu qui se connaît et qui sait s'accepter aura une confiance en lui plus accrue qu'une personne qui passe son temps à se remettre en question. 
  • L'estime de soi est le jugement que l'on a et que l'on porte sur soi. C'est le rapport entre ce que nous sommes en tant qu'individu (apparence physique, réussite sociale) et ce que nous souhaiterions être. La construction de l'estime de soi prend ses racines dès la plus petite enfance lors de la transmission des messages entre l'enfant et ses parents. Celle-ci se consolide au fil des expériences de la vie et elle n'en est que renforcée si l'on grandit dans un environnement stable où l'on se sent en sécurité, où l'on est approuvé. Le poids du regard d'autrui est un facteur puissant d'une bonne ou mauvaise estime de soi. Elle est à la base de la construction de la personnalité. 
  • L'affirmation de soi est l'ensemble des comportements affirmés d'un individu placé en situation sociale. Les comportements affirmés se distinguent à la fois des comportements agressifs (expression inadaptée d'hostilité, imposition de ses points de vue sans respect de l'interlocuteur) et des comportements passifs (pas d'expression de ses opinions ni de ses souhaits, soumission à ceux de l'interlocuteur). 
Une fois la problématique principale identifiée, c'est à vous de jouer!

RSE: définition et enjeux

Préparation mentale pour futurs entrepreneurs

Le moment est venu pour vous de sauter le pas et de créer votre propre entreprise ? 

Toutes mes félicitations pour cet acte engagé et courageux ! Vous allez pouvoir créer votre vision du travail et avoir un impact sur l'évolution du monde. 

Pour être sûr d'être préparé psychologiquement, émotionnellement et physiquement à cette grande aventure, voici quelques conseils de base à appliquer: 


1.     Travailler sa posture de dirigeant 

Passer du statut d'employé à celui de dirigeant nécessite un travail de posture. Vous allez être appelé à négocier des contrats, trouver des partenaires de confiance, faire des choix délicats, recruter du personnel...

Assurez-vous de diffuser la vision de votre entreprise dans chacun de vos actes. Une pensée claire, un discours simple, des actes cohérents.

 

2.     Allier intuition et action 

Nous avons tous une énergie féminine et une autre masculine en nous. L'énergie féminine a besoin de temps de pause pour accueillir les intuitions et créer, l'énergie masculine est plus impulsive et permet de passer à l'action au moment opportun. C'est la combinaison des deux qui constitue un duo gagnant.

 

3.     Comment traverser une période de doutes

Et oui, cela arrive à tout le monde ! Il est parfois difficile de savoir ce que l'on veut mais on sait toujours ce que l'on ne veut pas donc listez tout ce qui ne vous convient pas ou plus et le tableau s'éclaircira.

Prenez aussi conseil auprès de personnes constructives. Parfois les autres vous parlent de ce qu'ils aiment dans votre idée. Or, la question n'est pas qu'ils aiment, qu'ils approuvent, mais qu'ils fournissent un ?il extérieur pour que vous preniez du recul et que vous choisissiez ce qu'il y a de mieux pour vous à l'instant T. C'est la seule question à avoir en tête « Qu'est-ce qui est bon pour moi ? ».

 

4.     Ressourcez-vous !

Lancer une entreprise demande énormément d'investissement en temps et en énergie. Tout repose sur vos épaules et de nombreux entrepreneurs frôlent le burn-out. Chaque femme ou homme à succès a instauré dans sa vie des temps de pause consacrés à d'autres passions comme le sport, la musique, la comédie...et souvent, c'est pendant ces temps de décompression que leur sont apparus leurs concepts à succès.

 

5.     Dernier conseil :

Mesdames, être dirigeante ne signifie pas se transformer en homme. Vous pouvez vous imposer dans un monde d'affaires exigeant et exclusivement masculin en restant vous-mêmes. 

Pour vous Messieurs, vous avez souvent l'idée qu'un homme est un pilier qui se doit de tout gérer sans se plaindre et sans l'aide de personne. Illusion que tout cela ! Personne n'a jamais réussi seul ! 

Pour vous tous: demander de l'aide à des personnes compétentes n'est pas une faiblesse mais une preuve d'intelligence.

 

Pour conclure, votre bonne santé mentale, physique et émotionnelle est votre priorité personnelle. Vos employés sont la richesse de votre entreprise. Si vous prenez soin des deux, aucun doute que vous réussirez à construire sur le long terme une entreprise viable et de qualité !


Merci à Sébastien, CEO de DjaoDjin, de m'avoir proposé d'écrire un post pour ses clients. Vous pouvez consulter son blog pour la version en anglais et bien d'autres conseils!

https://djaodjin.com/blog/mental-preparation-for-the-future-ceo.blog.html

                               

Pour recevoir la newsletter :
cliquez ici

Pour suivre l'aventure "Happiness At Work": cliquez ici
Pour Haw-AP, LA méthode de coaching en ligne : cliquez ici
CONSEIL AUX ORGANISATIONS
L'Humain au coeur de nos priorités


"Je crois intimement en la possibilité de développer le potentiel de chacun, de concilier les objectifs financiers et l'épanouissement au travail, de réveiller la motivation intrinsèque pour créer l'émulation dans une équipe."